Mejillones centrales Engie_jour_2

Maria, 55 ans, est arrivée à Mejillones quand elle avait 10 ans, après le coup d’état militaire de Pinochet. Ses parents, socialistes, sont venus se cacher de la dictature. Il y a 25 ans, un camarade de son fils est décédé brutalement. « J’ai commencé à me demander pourquoi », dit-elle. En réalisant que ses enfants grandissaient dans une Zone sacrifiée, elle a décidé d’agir. Elle a mené quelques actions avec son association Mejiambiante : « On a fait analyser par un chercheur un échantillon de poussière récolté sur le toit du lycée. Ils ont trouvé la présence de 14 métaux lourds. » Une plainte a été déposée. Rien n’a changé.

amérique latine  argentine  chili  energie  entreprises françaises  fossile  réappropriation culturelle  reportage