Devant la foule qui s’attroupe sous l’ombrière, une banderole se déploie. C’est le groupe local de Greenpeace Marseille qui veut faire une piqûre de rappel aux habitants de la région sur le danger que représentent les rejets toxiques déversés dans le massif national des calanques par l’usine Alteo de Gardanne : « En 2020, c’est la moitié de la quantité actuelle déversée qui sera autorisée. Mais ils iront ensuite rejeter ces liquides toxiques dans les collines. Alors, on a la même banderole sauf qu’on remplace nos calanques par nos collines ! Le changement climatique est une lutte globale mais c’est au niveau local qu’on peut agir concrètement. Et c’est ce qu’on est venu dire aux Marseillais », explique David, chargé de communication de Greenpeace Marseille.

Tirée de l'album

Des marches historiques pour le climat